dimanche 6 mai 2007

Non à la retenue à la source de l'impôt sur le revenu !

Même si cela n’apparaît pas de prime abord, l’enjeu de la retenue de l’impôt sur le revenu à la source (il serait prélevé par l’entreprise sur la fiche de paye, et directement reversé à l’Etat) est de taille. Il est essentiel que chacun sache combien l’Etat lui prélève.
Il semble évident que chacun a bien plus conscience, aujourd’hui, de ce qu’il paye comme impôt sur le revenu que comme cotisations sociales sur son salaire.
Pour une raison simple : de la fiche de paye, on retient principalement la somme virée sur son compte à la fin de mois. Et on oublie donc ce que l’entreprise débourse au total (salaire + charges salariales + charges patronales).
Pourtant, cette somme représente le véritable prix du travail que vous fournissez, la véritable valeur que l’entreprise lui attribue, ce qu’elle est prête à payer pour vous employer.
Eh oui, votre travail vaut environ deux fois plus que votre salaire net. Mais, via les charges patronales et salariales, vous n’êtes libre de disposer que de la moitié du fruit de votre travail (avant impôt sur le revenu, bien sûr).
Avec le prélèvement de l’impôt sur le revenu à la source (comme pour les cotisations sociales), le salaire net, celui que l’on retient, va encore diminuer. Ce qui donnera encore plus l’impression que le travail ne paye pas.
Mais il y a plus grave : il est beaucoup moins gênant pour un homme politique d’augmenter un impôt que la population perçoit mal. La retenue à la source ouvrira donc la porte à des augmentations d’impôt « indolores », qui finiront pourtant par se faire sentir sur le pouvoir d’achat. Mais il sera alors facile d’accuser les patrons qui ne payent pas assez, puisque ce sera bien le salaire sur la fiche de paye, affaibli par tous ces prélèvements, qui ne montera pas.
Attention à ne pas accepter d’être aveuglé par l’Etat.

Aucun commentaire: